Quoi faire à la retraite

Qu’est-ce que tu vas faire à ta retraite?

Notre travail définit qui nous sommes. Il détermine notre mode de vie, nos valeurs, notre statut social et même notre place dans la société. Ne pas avoir d’emploi c’est comme ne pas avoir d’identité. Et, pour certains, se retrouver du jour au lendemain sans cette étiquette peut paraître terrifiant. D’autant plus, prendre sa retraite avant d’atteindre l’apogée de sa carrière peut sembler comme du gaspillage. D’ailleurs, lorsque j’explique mon plan de retraite à quelqu’un, la première réaction est souvent « Qu’est-ce que tu vas faire à ta retraite? Tu vas t’ennuyer! ». Or, mon objectif n’est pas de me retirer de la vie active pour regarder la télévision toute la journée, mais plutôt d’être libre et de m’épanouir à ma pleine capacité.

Le marché du travail valorise les travailleurs qui sont hyper-spécialisés. De façon générale, plus on évolue dans sa carrière, plus on devient expert d’un domaine très pointu. Certes, ceci limite constamment nos choix de carrières et même nos choix de vie. Comme disait Mahatma Gandhi, « the expert knows more and more about less and less until he knows everything about nothing ».

Atteindre l’indépendance financière ne fait qu’ouvrir de nouvelles portes. En fait, ça permet d’explorer différents intérêts et de développer plusieurs compétences qui n’ont rien à voir les unes avec les autres. Un peu à l’image de l’homme de la renaissance qui apprenait le dessin, l’astronomie, la musique et les mathématiques en même temps, j’aspire à explorer autant de facettes de la connaissance que possible. À mon avis, la vie est trop courte pour la dédier entièrement à un domaine spécifique. Je veux goûter à tout! Voici un échantillon des projets que j’ai en tête:

  • Parcourir un pays à vélo (reste à déterminer lequel)
  • Écrire un roman
  • Investir d’avantage de temps sur mon blog
  • Développer une communauté en ligne
  • Démarrer un site de commerce en ligne
  • Faire du bénévolat auprès des jeunes entrepreneurs
  • Marcher toutes les rues de Montréal
  • Faire du dessin et apprendre à peindre
  • Vivre à l’étranger pour découvrir une nouvelle culture
  • Apprendre à faire des travaux manuels (maison, auto, etc.)
  • Réaliser un court métrage
  • Devenir guide privé pour les touristes qui visitent Montréal
  • Vivre lentement et minimiser le stress

La retraite n’est pas la fin de la vie active, mais plutôt le début d’une vie plus diversifiée. Qui plus est, l’indépendance financière donne la liberté de choisir son occupation sans se contraindre à un domaine particulier. Ceci dit, si à mes 40 ans, mon emploi est toujours aussi stimulant et me permet de me réaliser, je pourrai choisir d’y rester. En effet, rendu là, je pourrai dire « je travaille pour devenir et non pour acquérir ».

Que ferez-vous lorsque que vous atteindrez l’indépendance financière? Garderez-vous votre emploi si vous avez le choix?

Publié par

Le jeune retraité

J’aime l’argent non pas pour le matériel qu’il me permet d’acheter, mais plutôt pour la liberté qu’il me permet d’atteindre. En fait, je n’ai pas réellement d’aspiration matérielle. Je veux simplement être libre de vivre pleinement. C’est-à-dire, posséder le moins possible de matériel à entretenir (maison, jardin, piscine, auto, chalet) et avoir le plus possible de temps pour vivre des expériences vivifiantes (voyages, spectacles, projets personnels, rencontres avec des amis, sport, temps de qualité en famille).

17 réflexions au sujet de « Qu’est-ce que tu vas faire à ta retraite? »

  1. Je crois que la retraite peut être ennuyeuse pour ceux qui s’ennuie avec eux mêmes et qui cherchent continuellement le divertissement extérieur. Si l’activité principale d’une personne après son boulot c’est le « magasinage », les soirées bien arrosées, les voyages annuels dans les mers du Sud, etc. alors on oublie la retraite jeune! J’ai 46 ans et j’aime cultiver mon potager, lire paisiblement, créer de petits projets de couture, faire ma petite routine de yoga et quelques sorties de jogging ou de vélo dans la semaine, tout en parlant avec un passant rencontré… Je travaille encore, mais je compte vivre la liberté 55 comme on me l’a fait miroiter adolescente. À vingt ans, je ne savais pas ce que je sais aujourd’hui. Et j’admire les jeunes d’aspirer à vivre entièrement plutôt que d’accumuler des bibelots et des tableaux qui s’entassent dans des maisons trop grandes et qui clouent notre existence à un 9 à 5 débilitant. Que font la plupart des personnes vieillissantes…elles se retrouvent à tout se départir de toutes ces années d’accumulation…Elles éliminent les lourdes tâches de corvées d’entretien, de rénovation et ainsi elles vivent légères et sereines leurs dernières années sur cette terre. J’encourage les jeunes à vivre sereinement dès aujourd’hui et non à 65 ans…La liberté, c’est du temps pour soi mais aussi pour l’autre car on prend enfin le temps de poser notre regard sur l’essence de la vie et de ses manifestations les plus heureuses…

    1. Quel beau commentaire! Vous avez fait ma journée.

      Nous sommes trop souvent défini par notre emploi et par nos possessions. Nous travaillons la plupart de notre temps et les quelques heures libres sont dédiées au magasinage ou passées passivement devant la télé. Ainsi, quand les gens doivent se définir ils disent « je suis comptable, j’ai une maison à Laval, je conduis une BMW, j’aime aller au resto et j’aime voyager dans le sud ». Quand ces gens-là atteignent la retraite, ils perdent leurs repères et leur identité. Je comprends que la retraite soit terrifiante pour eux!

    2. Excellent commentaire!

      Une des raisons principales pourquoi je ne veux pas de maison c’est parce que je n’ai pas le goût de passer mes fin de semaines à l’entretenir.

      J’habite un 4 et demi, ça me prend environ 2h le samedi faire le ménage complet et je trouve déjà ça trop long alors je me vois pas avec une maison de 3 étages, 12 pièces, une cours extérieure à entretenir… constamment des trucs à réparer et à changer. Mes parents ont habité en maison presque toute leur vie et j’ai vu c’était quoi les implications d’avoir une maison en terme de temps personnel et de ressources financières.

      Je préfère profiter de mes fin de semaine pour voir mes amis/famille, faire du sport, passer du temps à l’extérieur, cuisiner, dormir, et travailler sur des projets personnels.

      1. C’est la même raison pour laquelle je suis aussi en appartement. Une maison coûte tellement cher aujourd’hui en argent et en temps. Sans parler des taxes qui n’en finissent plus d’augmenter et la taxe de Bienvenue. J’aime mieux un appartement pour la liberté (je peux facilement le quitter si ma situation personnelle change).

        1. J’approuve entièrement. J’habite le même logement à Québec depuis 12 ans et je renégocie les augmentations chaque année, ce qui me place sous les prix du marché actuel de location. Je suis aussi sur le point de prendre ma retraite d’un emploi 9 à 5, à tout juste 51 ans, et non, ce n’est pas pour m’assoir et me bercer! Je voyage de façon économique et ça me permet de partir plusieurs mois; je l’ai fait souvent au cours de ma vie, quitte à laisser mon emploi lorsque mon employeur ne voulait pas. C’est le pouvoir que m’a donné ma façon très frugale de vivre. Je préfère mille fois conjuguer le verbe être plutôt que le verbe avoir.

          1. Bonjour Gabrielle,

            On peut dire que vous êtes riche en expériences plutôt qu’en matériel! J’adore votre analogie avec les verbes être et avoir. Avec votre permission, je vais réutiliser cette expression, car elle résume l’essence de ma démarche.

            Je vous souhaites une retraite très heureuse. Je n’ai pas l’impression qu’elle sera ennuyante! :)

  2. En effet, l’image de la retraite qu’on voit le plus souvent est peu attirante pour des gens comme nous. Quand on dit le mot retraite, les gens s’imagine tout de suite un vieux bonhomme avec une bedaine avec un gros pick-up ou une mustang de l’année un chalet, un VTT, qui joue au golf et qui passe l’hiver en Floride! Je travaillerai pas jusqu’à 65 ans pour finir comme ça!

    Pour moi, la retraite ca veut dire avoir du temps pour aider mes proches au besoin, m’entraîner à la dynamophilie 3x semaine, faire des randonnés dans le bois (à pieds, en raquettes ou en velo de montagne), entretenir moi même tout ce que je possède DIY, apprendre le jiu-jitsu brésilien, voyager avec un sac à dos, assister aux matchs de hockey de mes enfants sans avoir à demander de congés a un patron, cuisiner avec ma blonde, m’endormir après dîner si ca me tente, participer à des compétitions de type Spartan Race, patiner sur des glaces extérieures, faire de la mécanique, avoir un blogue pour partager mes expériences, jardiner, élever des poules etc.

    Je n’aurai jamais le temps de tout faire car j’ai trop d’imagination!

      1. Des activités gratuites, quel hasard…et pour la plupart, bonnes pour la santé et peu nuisibles pour notre mère la terre!

        Pour mon blogue, soit patient 😉

        Connaît tu Art of Manliness, Starting Strength, Canadian Couch Potato, My own Advisor?

    1. Je suis exactement comme toi!

      Je viens de découvrir ce site par l’entremise de Reddit parce que l’entrevue de Salut Bonjour y a été posté. C’est bon de voir qu’il y a des québécois qui suivent le mouvement d’early retirement extreme.

      Je comprends vraiment pas les gens qui ne saurait pas quoi faire de leur temps s’il ne travaillant pas. Je trouve ça triste pour eux.

      Une journée parfaite pour moi c’est : me lever quand ça me tente, faire des étirements/mobilités, déjeuner tranquillement en parcourant Reddit/lisant, m’entraîner (musculation ou arts martiaux), lire/relaxer, diner, faire une sieste, travailler sur un projet X (ou aller faire de l’activité dehors), préparer mon souper, souper, lire/jouer à des jeux vidéos/passer du temps avec ma conjointe.

      Projet X peut être : Menuiserie, développement web, photographie, dessin, jardinage, n’importe quel projet DIY… la liste est longue.

      C’est pas grand chose et pourtant ma journée me semble parfaitement remplie et je pourrais répéter ça jusqu’à ma mort sans problème (et j’ai 30 ans).

      Je déteste l’hiver alors je veux avoir la possibilité de partir de octobre jusqu’à avril chaque année le plus vite possible.

      Si tout va bien moi et ma conjointe devrions être IF d’ici 10 ans.

      1. Salut François, je pense que mes journées à la retraite seront très semblables à ce que tu envisages. Je pourrai seulement te dire dans quelques mois!

        Nous vivons dans un moule (se lever toujours à la même heure, manger trois repas par jour, passer la journée devant un écran et consommer la fin de semaine). Je pense que cette routine est rassurante pour plusieurs. C’est pour cette raison que la retraite peut leur faire peur.

        Bravo pour l’objectif d’indépendance financière. Gardes-moi au courant de ta progression!

        1. Tu es chanceux!

          Même si j’ai hâte, il faut apprécier la vie, ça passe beaucoup trop vite!

          Pour ce qui est de ma progression, je suis rendu à l’étape plate où tout est optimisé et je ne fais que regarder le chiffre monter à chaque mois :/

          On se sent vraiment bien par contre avec plusieurs dizaines de millier de dollars disponibles presque n’importe quand.

          L’argent fait pas le bonheur, sauf que…

          Et juste de savoir qu’il m’en reste pour environ 10 ans vs 30 ans, c’est un gros poids de moins sur mes épaules.

          Bonne continuation pour le site! J’aime tes articles, je vais continuer à te lire.

          1. Salut François,

            Je comprends exactement comment tu te sens. Plus on approche du but, plus on est fébrile. Mais, comme tu dis, l’important est de profiter du moment présent. Le parcours est souvent plus intéressant que la destination.

            Un grand merci pour ton intérêt ainsi que pour ta contribution!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *