Un été pour les jeunes retraités

Notre premier été de retraite

Il y a déjà six mois que je suis sorti de la « matrice ». L’idée de bosser de 9 à 5, dans un cubicule beige, sous des néons, me semble désormais contre nature. Tel un hamster qui coure dans sa roue sans jamais avancer, j’ai gaspillé tellement de temps et d’énergie dans mon ancienne vie. Ouach! C’est seulement en prenant un pas de recul que je constate l’absurdité de la chose. Les bouchons de circulation, les réunions inutiles, les courriels trop longs et ambigus ainsi que tout le stress injustifié brûlaient mes journées. Or, depuis ma retraite, je tire immensément plus de satisfaction de mon emploi du temps. Voici d’ailleurs comment nous avons occupé notre été.

Vous allez vous ennuyer!

La réaction la plus fréquente à notre retraite reste « vous allez vous ennuyer! ». À quoi ma blonde répond typiquement, « est-ce que vous trouvez que vos weekends sont trop longs et trop ennuyeux? » On a l’impression que le temps est illimité quand on ne travaille pas, mais, en fait, les journées passent à une vitesse étourdissante.

Le premier réflex d’un jeune retraité est de se faire une liste de choses à faire pour éviter l’ennui. Ce que j’avais fait dans un article précédent. Une vraie farce! Je vais devoir revoir mes ambitions à la baisse. L’été m’a filé entre les doigts!

10 activités pour les paumés

Même si on est conditionné à penser le contraire, pas besoin de débourser une fortune pour profiter de la vie. Le coût d’une activité n’est pas lié au plaisir qu’elle nous procure. En ce sens, mes plus beaux souvenirs d’enfance sont ceux qui n’ont rien coûté à mes parents (ex: construire une cabane avec mes amis). C’est dans cet esprit que nous avons maximisé chaque jour de l’été. Voici notre liste d’activité pour les paumés:

1. La marche en forêt

Parc gratuit

Quoi de plus vivifiant que de marcher en forêt? Nous avons découvert plusieurs parcs magnifiques à Montréal cet été. Les parcs du Bois-de-l’Île-Bizard, du Bois-de-Liesse et du Cap-Saint-Jacques ont été nos coups de coeur. L’entrée est libre et il est possible de stationner juste à l’extérieur du parc gratuitement.

2. Les soirées jeux

J’ai mon côté « geek » et je l’assume! Ainsi, les plus belles soirées entre amis sont souvent les soirées jeux (bien arrosées). Depuis quelques années, nous achetons des jeux de société sur Kijiji et nous nous rassemblons entre amis pour en faire l’essai. Chaque fois c’est un délire!

3. La pêche urbaine

Pêche urbaine

Saviez-vous qu’il y a de beaux spots de pêche à Montréal? Le parc de Dieppe, le parc des Rapides et le parc Bellerive sont des beaux coins pour lancer sa ligne. Je vous confirme qu’il y a du doré et qu’il est délicieux.

4. Les restos économiques

Nous allons au resto une douzaine de fois par mois. Or, à cette fréquence, nous ne pouvons pas aller chez Joël Robuchon chaque fois. Nous avons donc nos adresses économiques, soit l’Entrepôt (tous les plats à 5$), Pushap (thali végétarien à 5$) et Lyla (soupe tonkinoise à moins de 10$). Avez-vous d’autres suggestions?

5. La bibliothèque

La bibliothèque est une source inépuisable de divertissement. Nous y sommes au moins une fois par semaine. Je ne comprends pas les gens qui achètent encore des livres, magazines ou DVD!

6. Les conférences gratuites

La plateforme meetup regorge d’activités gratuites. Nous avons d’ailleurs assisté à plusieurs conférences intéressantes au courant de l’été. Entre autres, The Financial Independence Club, la méditation, les huiles essentielles, pilates, etc. À mon avis, c’est le meilleur moyen de s’ouvrir à de nouvelles expériences.

7. Les « ladies night »

Ladies night

Si vous êtes une femme, vous ne devriez pas payer pour votre alcool. En tout cas, ma blonde s’est organisée de belles virées entre copines tout l’été, et ce à moins de 15$ chaque fois. En semaine, certains bars offrent les consommations (presque) gratuites aux femmes. Par exemple, le Confessionnal (pourboire seulement) et le Thursday’s (2$) sont approuvés par Van-Anh! :)

8. Les « road trip »

Voyage pour les retraités

Il y a énormément à voir dans un rayon de 10 heures d’auto de Montréal. Cet été, nous avons passé 3 jours à Brooklyn (moins de 500$), 4 jours à Ogunquit, en passant par Stowe, Portland et White Mountains (moins de 500$) et 2 jours au parc de la Mauricie (moins de 100$). En passant, l’entrée dans les parcs nationaux est gratuite cette année, alors il faut en profiter. Prochaine destination, parc de la Gatineau!

9. Le bénévolat

Il faut contribuer à la société pour être heureux. Pour moi, ça signifie assister les jeunes entrepreneurs avec leur plan de marketing web. Pour ma conjointe, ça veut dire aider les gens de son entourage en faisant du « coaching » budgétaire et en s’occupant de sa soeur autiste. Il n’y a rien de plus gratifiant!

10. Les spectacles gratuits

Spectacle gratuit

Les derniers mois ont été ponctués par une tonne de spectacles gratuits à Montréal. Nous y étions! À mes yeux, le 375e est vraiment réussi. Les spectacles Avudo, color of the time, Électro Parade, Montréal symphonique, Le block party Osheaga et îleSoniq en ville nous ont fait vibrer. Nous consultons la plateforme Quoi faire, pour ne rien manquer.

Dire oui à la vie!

Vous vous souvenez peut-être du film Yes Man, dans lequel Jim Carey joue le rôle d’un banquier un peu dépressif qui décide de dire oui à tout ce qu’on lui propose. Il s’initie à la guitare, apprend le coréen, fait du saut à l’élastique, etc. Par conséquent, il découvre des mondes inconnus, rencontre des gens exceptionnels et s’ouvre à la vie. C’est un peu notre état d’esprit actuel.

Nous disons oui à toutes les invitations. Ainsi, j’ai pris un verre avec plusieurs de mes lecteurs, nous avons donné une conférence (qui a dépassé toutes nos attentes), nous avons réalisé des entrevues et… nous commençons à jouer au bridge. Des vrais retraités!

Avez-vous d’autres idées d’activités pour les paumés?

Publié par

Le jeune retraité

J’aime l’argent non pas pour le matériel qu’il me permet d’acheter, mais plutôt pour la liberté qu’il me permet d’atteindre. En fait, je n’ai pas réellement d’aspiration matérielle. Je veux simplement être libre de vivre pleinement. C’est-à-dire, posséder le moins possible de matériel à entretenir (maison, jardin, piscine, auto, chalet) et avoir le plus possible de temps pour vivre des expériences vivifiantes (voyages, spectacles, projets personnels, rencontres avec des amis, sport, temps de qualité en famille).

41 réflexions au sujet de « Notre premier été de retraite »

      1. Salut, c’est à Montréal :)

        Pourquoi pas, tu écriras un livre sur les pièges du marketing nous incitant à dépenser plus au-delà de nos moyens ?

        Bonne journée! M-A

  1. Je suis aussi retraitée. J’ai 42 ans. Les gens pensent souvent à la façon d’investir quand l’importance de savoir dépenser est primordiale! Bravo pour l’indice McSween :)

    1. Bonjour Kathleen,

      Félicitations pour la retraite précoce! Ça me fait toujours plaisir de rencontrer (virtuellement) des jeunes retraités. Je réalise que nous sommes plusieurs au Québec.

      C’est tellement plus facile de réduire les dépenses que d’augmenter les revenus. L’épargne, c’est le nerf de la guerre! Je prends souvent l’analogie de la diète. Pour quelqu’un qui a un bon surplus de poids, la victoire la plus facile est de réduire l’ingestion de calories. De façon similaire, pour les surconsommateurs, la victoire la plus facile est de couper dans les dépenses qui n’apportent aucun bonheur à long terme (ex: une auto neuve).

      Merci pour le commentaire! N’hésitez pas à récidiver!

  2. Bravo pour votre entrevue avec P-Y McSween ! Vous êtes des personnes inspirantes ! C’était excellent !!! Continuez d’écrire de bon article, j’adore vous lire !

    1. Merci Simon pour les bons mots!

      L’entrevue avec McSween était limitée à 5 minutes. Ils ont fait un très bon montage, mais il y a tellement à dire. Je vous invite à vous inscrire à mon infolettre (en haut de la page) pour recevoir les prochains articles. Aussi, peut-être que nous organiserons d’autres événements (5 à 7, conférence, etc). À suivre!

      Merci et à bientôt!

  3. Toujours un plaisir de lire tes articles JB, je vois que la « retraite » ce passe pour le mieux.

    J’ai du débattre récemment de l’intérêt de viser l’indépendance financière, c’est un sacré cheminement intellectuel que de convaincre un étudiant que le monde du travail (Celui qui ce transforme en RatRace) est une boîte vide et surtout fermée.

    Bonne continuation et surtout, i encourage you to keep writing !

    Yann

    1. Salut Yann,

      La retraite se passe à merveille!

      De mon côté, j’ai aussi eu de bons débats dernièrement. Ce que je ne comprends pas, c’est les gens qui s’opposent à la liberté. Ça n’enlève rien à personne d’atteindre l’indépendance financière. C’est juste d’avoir l’option de sortir du « rat race ». Les gens me disent « j’adore mon travail ». Or, ce n’est pas parce qu’on aime quelque chose pour le moment qu’on doit en être dépendant (lire esclave).

      Merci pour le bon commentaire! À bientôt j’espère!

  4. Content de voir que vous ne vous ennuyez pas. Non pas que je sois étonné. Il y a tellement de choses à voir et faire. Moi c’est de passer ma vie dans un cubicule qui m’ennuie.
    Pour ce qui est gratuit, je pense que vous êtes sur la bonne piste. Tout ce qui est plein air (passe de saison sepaq à 75$) tel que vélo, kayak, randonnée…, faire du brico-recyclage si vous aimez fabriquer des choses de vos mains, se consacrer à l’apprentissage de mille et une choses, à l’art. S’entraîner. Etc…

    1. Salut BM!

      C’est certain que c’est facile de s’amuser l’été à Montréal. Il y a tellement à faire. Cependant, l’hiver sera le vrai test. Quand il fait froid, qu’il pleut et qu’il n’y a pas de neige, l’hiver devient plus difficile.

      Pour l’instant, notre ambition est de suivre l’été autours de la planète. Nous quittons pour la Jordanie en novembre et nous serons probablement dans l’Hémisphère Sud après les fêtes.

      Merci d’avoir pris le temps de commenter. Ça fait toujours plaisir d’avoir de tes nouvelles!

  5. Il serait intéressant de voir un de vos horaire typique. Pour les travailleurs réguliers, la fin de semaine est beaucoup un temps de ménage-courses-faire tout ce qu’on n’a pas eu le temps de faire durant la semaine. Je ne sais trop comment j’occuperais mon temps si je n’avais que des fins de semaine.

    1. Bonjour Alain,

      Je garde votre suggestion en tête pour un prochain article, « Une journée dans la vie d’un jeune retraité ».

      C’est certain que ça prends des passions, des projets, des sorties et des amis qui ont un horaire compatible. Sinon, on brûle ses journées devant la télé/l’ordi.

      Merci d’avoir partagé!

  6. Bravo et merci! Je ne pourrai suivre vos traces mais je vais essayer de transmettre ceci à mes fils de 18-20 ans. Votre passage McSween était le fun mais trop court, j’aurais écouté facilement un 30 min d’entrevue. Continuez votre blog car c’est un plaisir de vous lire.

    1. Bonjour Jacynthe,

      C’est l’objectif premier de ce blogue! Je veux informer les québécois d’une autre façon de vivre. C’est-à-dire, une alternative à la surconsommation, à l’endettement et à tout ce que les banquiers nous enseignent. J’aurais aimé comprendre tout ça quand j’avais l’âge de vos enfants. Je pense que la liberté est très valorisée par les jeunes. Il suffit de leur faire comprendre que l’épargne = liberté.

      L’entrevue était effectivement très courte. Il y a tellement à dire!

      Un grand merci pour le beau commentaire! À plus!

  7. Bonjour Jeune Retraité,

    Encore une fois, tellement pertinent! Il y a effectivement tellement d’activités gratuites; il suffit de garder l’oeil ouvert! Je suis accro à la bibliothèque pour les livres et les DVD. Je peux aller nager gratuitement à la piscine Sylvie-Bernier à Québec (il faut juste s’ajuster avec les heures de bains libres, ce qui n’est pas compliqué quand on peut organiser notre temps comme et quand on veut). Je pars en vélo sans savoir où je vais et je découvre des coins magnifiques. Et quel plaisir de « s’ennuyer », parfois! Les gens sont tellement programmés pour ne pas avoir une minute de libre qu’ils paniquent à l’idée de n’avoir rien à faire. Depuis plusieurs années, je pars quelques mois par hiver au Mexique ou ailleurs et on me demande souvent (ici): « Mais qu’est-ce que tu fais de tes journées? »

    1. Suite de mon commentaire plus haut (désolée, c’est parti tout seul): Si je réponds « rien », je vois toutes sortes d’émotions passer dans leurs yeux – panique, mépris, surprise etc. Pourtant, mes journées sont remplies de « riens » et elles passent très vite: leçons d’espagnol ou d’anglais (autodidactes), courses au marché, rencontres (trrrrès nombreuses ;o) avec toutes sortes de personnes toutes plus intéressantes les unes que les autres, baignades, longues marches sur la plage ou en ville, volleyball etc. Tout ceci sans horaire ni contrainte mais selon comment les choses se présentent. Je pense que ça fait paniquer beaucoup de gens: ne pas avoir d’horaire! Pourtant, c’est ce que j’aime!

      1. Bonjour Gabrielle!

        Vous avez un très bon point (comme d’habitude 😉 ). Ça m’a pris plusieurs semaines/mois avant d’accepter le fait que j’ai le droit de ne rien faire pendant quelques heures. Dans mon ancienne vie, chaque minute de ma journée devait être maximisée. Maintenant, j’ai le luxe de relaxer. En plus, je réalise que mes journées sont plus productives et plus satisfaisantes ainsi. D’ailleurs, si les travailleurs pouvaient faire une petite sieste vers 14h, ils seraient tellement plus performants.

        Votre emploi du temps ressemble beaucoup au mien. C’est tellement agréable de vivre selon ses besoins, selon ses intérêts du moment et selon la météo. Je pense que l’être humain est « programmé » pour vivre ainsi.

        Merci beaucoup!

  8. Bonjour,
    Bravo pour votre approche et d’etre sorti de la rat race (je n’ai pas trouvé de meilleurs mots en français). A quand une rencontre dans le quartier Ahuntsic?

    Je vous suivrai sur votre blogue en attendant.

  9. bonjour,
    J’aime bien votre blogue,je lis chacune de vos articles attentivement,j’aimerai savoir dans quel catégorie d’actif vous investissé présentement et lorsque vous allé à l’autre bout du monde de quel facon vous procèdé lors de vos transactions,de mon coté je suis presque prêt à prendre ma retraite cependant j’ai encore besoin de quelques temps afin d’assimiler toutes l’information.merci

    1. Bonjour Vincent,

      Mis à part mon condo qui est payé (que je ne compte pas comme un actif), tous mes actifs sont placés dans le marché boursier. Je détiens présentement une vingtaine de titres (ex: AAPL, FB, JNJ). Par contre, Je suis présentement en transition vers les FNB. Donc, je vends mes actions graduellement de façon à minimiser l’impôt pour ensuite investir dans des fonds négociés en bourse (FNB). Au final, dans quelques mois, j’aimerais détenir principalement des FNB (un fonds canadien, un fonds US et un fonds internationnal).

      Je ne comprends pas votre deuxième question. Les transactions boursières se font sur une plateforme en ligne (BMO Ligne d’action), alors je peux transiger n’importe où dans le monde.

      Merci pour l’intérêt! Bon parcours vers la liberté!

  10. C’est bien agréable de vous lire et de voir que la vraie liberté est possible à 40 ans. Je trouve ça admirable de voir des gens qui ont pris leurs finances en main et d’arriver où vous êtes. En attendant, j’apprécie le chemin qui mène vers l’indépendance financière. J’aime bien penser que le projet est réaliste et qu’il y a de vraies gens qui réussissent. (Quant à moi, la poule aux œufs d’or s’est arrangée!)

    1. Bonjour JD,

      Merci pour le beau commentaire! J’apprécie!

      J’aime souvent rappeler qu’un Québécois qui gagne un salaire de 30 000$ par année se trouve dans le top 3% des plus hauts salariés au monde (source). Il est certain que le coût de la vie diffère grandement à travers le monde, reste qu’on est vraiment chanceux de vivre au Canada. Dans une perspective globale, à notre naissance, on a déjà gagné la poule aux oeufs d’or! 😉

  11. Quelqu’un qui gagne un gros montant à la loterie, ont va le traiter de fou s’il continue à travailler, tu vas pouvoir rester chez vous tranquille à profiter de la vie…

    Quelqu’un qui à économiser assez pour rester chez eux tranquille à profiter de la vie, ont va le traiter de fou, car il va s’ennuyer…

    Morale de l’histoire, peu importe ce que vous faite, ont va vous traiter de fou.

    1. Bon point Yan!

      Quand j’ai annoncé ma retraite au travail, une dame m’a rétorqué le traditionnel « tu vas t’ennuyer ». Or, cette dernière achetait des 6/49 chaque semaine. C’est ironique!

      Merci! À plus!

  12. Bonjour,

    La biblio c’est bien, mais si vous voulez des livres usagés pas cher (pour annoter les pages par exemple) il y a abebooks.com

  13. Bonjour! Je viens de découvrir votre histoire et votre blogue, et je vous trouve très inspirants! Je connaissais des blogues d’indépendance financière anglophones, mais pas de québécois! Mon conjoint et moi visons aussi ce mode de vie, non pas nécessairement pour prendre notre retraite, mais simplement pour avoir le loisir de travailler parce que ça nous plait vraiment, et non pas par nécessité. Nous avons la chance d’avoir tous les deux des boulots qui nous passionne, mais il demeure tout de même que nous ne sommes pas indépendants financièrement et que le travail demeure une obligation. Nous sommes aussi frugaux et minimalistes, et avons l’impression de faire bien des choses à contre-courant de notre société matérialiste et polluante… À la lecture de vos articles, je constate que nous aurions beaucoup à améliorer avec nos relations avec les banques! Notre entourage (très matérialiste et croyant qu’il est seulement possible de s’épanouir via un travail de salarié) comprend difficilement notre démarche, c’est donc super de lire à propos de d’autres personnes qui ont des motivations semblables aux nôtres, on se sent moins seuls! Je comprends très bien pourquoi certaines personnes qui sont indépendantes financièrement hésitent à en parler à leur entourage (comme Mr et Mme RicheRelax), car beaucoup de gens peuvent juger rapidement et être très durs dans leurs commentaires. Merci de partager votre expérience et bonne continuation!

    1. Merci Josianne!

      J’apprécie votre commentaire!

      L’indépendance financière était également notre but inital. La notion de retraite est venue plus tard. À une époque, mon boulot me passionnait, mais le monde corpo change tellement vite qu’il est bon de toujours garder une porte de sortie. Au final, j’étais bien heureux d’avoir un plan B quand les conditions de travail se sont détériorées.

      Étrangement, mes détracteurs m’ont beaucoup aidé à atteindre mon objectif. Plus on se moque de moi, plus on me critique, plus je suis motivé.

      En passant, vos illustrations sont magnifiques! La passion est perceptible dans vos dessins.

      Bon parcours vers la liberté! N’hésitez pas à venir partager vos expérience.

  14. Je découvre votre blog aujourd’hui,. Je suis plus vieux que vous et comme j’ai commencé à épargner sur le tard…bien je boss encore.
    Question placement: un coup à la retraite, le revenu, il arrive comment dans le compte de banque si le capital est en bourse? Dividendes, vente des actions? Bien difficile d’avoir 4% sans vendre des actions non?

    Merci.

    1. Bonjour SL,

      Bienvenue dans la communauté!

      Notre plan de décaissement n’est pas encore formalisé. Pour l’instant nous vivons sur la portion « cash » de notre portefeuille. Étant donné que nous avons travaillé une partie de l’année, nous ne voulons pas déclarer de gains en capital cette année. J’écrirai un article quand notre stratégie sera définie.

      Mon collègue blogueur Mr Jack a par contre écrit un article qui résume bien la stratégie: https://99joursblog.wordpress.com/2017/06/11/47-jours-accumuler-decaisser-et-payer-des-impots-le-moins-possible/

      Merci!

  15. RÈGLE DU 4%:
    Je travaille sur le budget de l’an 1. Liste des postes de dépense, évaluez les montants annuels. La somme x 25 = portefeuille de la liberté.

    Juste une observation.
    Par exemple, 100$ d’alcool par mois, soit 1200$ par année x 25 = 30,000$. Alors, juste pour rassurer ma soif, je dois prévoir 30k$ dans le bas de laine. Genre les économies d’une année au complet à travailler pour m’assurer que je pourrai prendre un verre de vin de temps en temps avec mes amis.

    Des fois je trouve que je pense trop.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *